01 44 54 36 00
Bastille, 75004 Paris
Paul Beuscher: Instruments de Musique - Partitions - Méthodes
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

JARRELL MICHAEL - OFFRANDE - HARPE


Envoyer à un ami
13,70 EUR
(-4,96%) 13,02 EUR
Disponible sous 7 jours
Ajouter au Panier

  1. Comme dans Prismes (2001), Offrande pour harpe solo, est tirée d'une oeuvre concertante pour harpe et orchestre à cordes intitulée Conversions (1988), mais elle diffère davantage de son origine. La cadence pour harpe seule qui occupait une position centrale dans Conversions est ici conservée intégralement, avec son caractère particulier (indications ''librement, fantasque'' dans la partition)./...

  2. Comme dans Prismes (2001), Offrande pour harpe solo, est tirée d'une oeuvre concertante pour harpe et orchestre à cordes intitulée Conversions (1988), mais elle diffère davantage de son origine. La cadence pour harpe seule qui occupait une position centrale dans Conversions est ici conservée intégralement, avec son caractère particulier (indications ''librement, fantasque'' dans la partition), mais les autres parties sont librement adaptées. La harpe apparaît dans Offrande selon une grande diversité d'expressions. Le compositeur la soumet à un certain nombre de techniques particulières (harmoniques, glissements avec la clé d'accord, jeu avec l'ongle, en faisant ''zinguer'' la corde, etc.) et lui donne souvent une dimension percussive. Mais l'écriture révèle aussi dans l'ensemble un respect des caractéristiques de l'instrument (les répétitions ou trémolos, certains arpèges...). La grande forme de l'oeuvre repose sur une sorte de courbe, partant de la note do, terminant sur ré avec un léger geste de reexposition finale des éléments initiaux. Entre temps la musique franchit des contrées changeantes, marquées elles aussi par de subtils signaux très précieux pour l'audition, tel cet appel ascendant fa-si dans la partie ''cadence''. La notion de ''mouvement'' est particulierement importante ici, elle semble dominer les différentes composantes de la musique. En témoigne l'espacement de plus en plus grand, et donc l'étalement des silences dans la phase finale, admirable désinence après les sections virtuoses, au débit soutenu.
    - - Pierre Michel, - extrait du livret du disque Solos (aeon). - Cette composition se réfère de façon ''très secrète'' au passé, et plus particulièrement au canon à deux voix Quaerendo invenietis de l'Offrande Musicale de J.S. Bach. L'auditeur ressentira peut-être une légère évocation de Stille und Umkehr de B.A. Zimmermann lorsque le ré final est répété en oscillations entre son normal et harmoniques. - --- Nombre de pages : 10 --- Date de parution : 03/01/2001