01 44 54 36 00
Bastille, 75004 Paris
Paul Beuscher: Instruments de Musique - Partitions - Méthodes
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

MURAIL TRISTAN - DESINTEGRATIONS - ENSEMBLE ET SONS DE SYNTHESE (CONDUCTEUR)


Envoyer à un ami
50,50 EUR
(-4,99%) 47,98 EUR
En Stock
Ajouter au Panier

  1. Oeuvre phare du courant de la musique spectrale, voici la note que Tristan Murail rédige à propos de Désintégrations, en 1983, qui résume les enjeux de cette école française de composition très influente depuis la fin des années 1970. Désintégrations a été composée après un travail approfondi sur la notion de spectre. Tout le matériau de la pièce (aussi bien la bande que la partition d'orches./...

  2. Oeuvre phare du courant de la musique spectrale, voici la note que Tristan Murail rédige à propos de Désintégrations, en 1983, qui résume les enjeux de cette école française de composition très influente depuis la fin des années 1970. Désintégrations a été composée après un travail approfondi sur la notion de spectre. Tout le matériau de la pièce (aussi bien la bande que la partition d'orchestre), ses microformes, ses systèmes d'évolution, a pour origine des analyses, des décompositions ou des reconstructions artificielles de spectres harmoniques ou inharmoniques. La plupart de ces spectres sont d'origine instrumentale. Des sons de piano grave, de cuivres, de violoncelle ont été particulièrement utilisés. La bande magnétique ne cherche pas pour autant à reconstituer des sons instrumentaux. Ceux-ci ne servent que de modèles ou de matériau pour la construction de timbres ou d'harmonies (je fais d'ailleurs peu de différence entre ces deux notions), et même pour la construction de formes musicales. Plusieurs types de traitements des spectres sont employés dans la pièce: Fractionnement: on n'utilise qu'une région du spectre (par exemple, sons de cloche du début et de la fin obtenus par fractionnement de sons de piano). Filtrages: on exagère ou on retranche certains composants. Exploration spectrale (mouvements à l'intérieur du son): on entend les constituants les uns après les autres, le timbre devient mélodie (par exemple, dans la troisième section, sons de clochettes provenant de la désintégration de timbres de clarinette et de flûte). Création de spectres inharmoniques: linéaires par addition ou soustraction d'une fréquence (par analogie avec la modulation en anneau ou la modulation de fréquence), non linéaires par torsion d'un spectre ou description d'une courbe de fréquences (par exemple, dans l'avant-dernière section, torsion progressive d'un son de trombone grave). La bande a été calculée par synthèse additive: on décrit dans toutes ses dimensions chaque composant d'un son. Cela permettait de jouer sur les spectres de manière extrêmement précise et analytique, et de rapprocher processus de synthèse et processus de composition, à tel point que la bande a véritablement été écrite avant d'être réalisée. L'écriture orchestrale a aussi bénéficié de la puissance de l'ordinateur, pour la définition des hauteurs et des durées et même pour le dessin de certaines microformes. Bande et instruments procèdent donc de la même origine et sont en rapport de complémentarité. Souvent, la bande exagère le caractère des instruments, diffracte ou désintègre leur timbre, ou amplifie les effets orchestraux. Elle doit être parfaitement synchrone, d'où la nécessité de clics de synchronisation que le chef doit suivre. Les deux sources, instrumentale et synthétique, sont ainsi le plus souvent fondues et concourent à créer des instants sonores ou des parcours musicaux inédits. Le discours musical joue souvent sur l'ambiguïté entre ces deux sources, le but ultime étant d'effacer toute différence entre des mondes sonores a priori distincts. La musique procède par parcours plus que par sections séparées. ... Enregistrement: 1 Cd'accord, AC4653052 - Serendib - L'Esprit des dunes - Désintégrations - Ensemble InterContemporain, David Robertson (direction) 1 CD Montaigne/Naïve, MN782175 - Désintégrations - Gondwana - Time and again - Ensemble L'Itinéraire, Orchestre National de France, Yves Prin (direction) - Orchestre Beethoven Halle de Bonn, Karl Anton Rickenbacher (direction) --- Nombre de pages : 74 --- Date de parution : 01/12/1982